Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 03:28

Nous avons, près de nous, des sages silencieux

Qui, de penser, n’ont nul besoin ;

Ils sondent l’infini sans en être soucieux :

Leur œil, distraitement voit loin…

 

Ils n’ont d’autre souci que dormir et jouer.

Assis, ils regardent le temps,

Cette faux balancée, qu’ils semblent déjouer

D’un simple bâillement distant.

 

Quand s’étire l’échine, on voit que toute course,

En attente de leur vouloir,

Oublie ses nobles buts, tels les cours de la Bourse.

 

La frénésie, dans les couloirs,

S’apaise au long frémissement de leur pelage.

« Quel est », dit le chat, « ton douloir ?

Tu te dis sérieux, quand tu n’es que volage ! »

 

- 08/12/2013 -

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le chant de Marie
  • Le chant de Marie
  • : Poèmes du "Chant" dédiés à Marie-Christine Y. suivis d'autres textes.
  • Contact

Profil

  • Draco
  • Amateur de mots. 
"Un chant d’amour est-il autre chose que du vent ?" (Les sept couleurs du vent) 
"Le chemin des cœurs n'a que les détours qu'on lui oppose" (Aubertin d'Avalon)  - Bernard Tirtiaux - 
©copyrightfrance - V3931D5
  • Amateur de mots. "Un chant d’amour est-il autre chose que du vent ?" (Les sept couleurs du vent) "Le chemin des cœurs n'a que les détours qu'on lui oppose" (Aubertin d'Avalon) - Bernard Tirtiaux - ©copyrightfrance - V3931D5

Recherche

Archives